L’homme et les larmes

Un homme doit-il cacher ses larmes ou ne pas pleurer ?

Eh bien à en juger par certains commentaires (on y revient toujours) cela n’est pas du tout compatible avec le statut d’homme. Un statut plus fantasmé qu’autre chose, serais-je tenté de vous dire…. Et bien plus encore dans le genre MM…

On en apprend tous les jours et le tout est de faire quelque chose de ces nouveaux apprentissages ou de ces nouvelles nous laissant quelquefois perplexes. Comme ce commentaire sur une plateforme que je ne connaissais pas même, disant combien lire dans un livre (on parle toujours de MM) un homme s’épanchant lui était désagréable. Là, je me suis dit que ça devait être un homme (oh le cliché) aux commandes du clavier, mais pas du tout. C’était bien une femme, d’où ma réflexion sur mes hommes lâchant une larmichette à certains passages de leur histoire. Et tandis que je suis un homme qui écrit des histoires d’hommes, je me suis même remis en question, étant toujours attendri par un homme se dévoilant sans complexe et ne craignant pas de s’épancher si besoin. En fait, ça me fait craquer, je suis sous le charme lorsque cela arrive devant mes mirettes émues. Je trouve cette image tellement belle qu’elle déclenche une vive et forte émotion dans tout mon être. Je ne peux être que touché par un homme se permettant cette petit « faiblesse » qui est une force en vérité. Il faut bien plus de courage pour pleurer dans cette société et la réaction de cette lectrice le prouve, que de laisser croire à une image ne reflétant pas la sensibilité que beaucoup d’hommes dissimulent pour ne pas paraître trop sensible.

Qu’est-ce qui a bien pu arriver à cette bonne femme pour qu’elle ait en elle une telle sainte horreur de cette image ? me suis-je demandé.

Et m’est revenu à l’esprit mes premiers pas dans le monde du MM alors que je ne savais pas même que ça s’appelait comme ça tout comme j’ignorais la communauté qu’il y avait autour de ce genre. Il y avait  ces étranges réactions quant au style d’écriture d’un homme n’étant apparemment et selon les expertes pas du tout le même que celui d’une femme… (on parle toujours de MM) Sous-entendu, qu’elles s’y connaissaient mieux pour décrire ce que pense un homme et son fonctionnement afin de transcrire un monde viril de vrais hommes.

Tiens donc, et si je creusais le sujet, songeai-je, sans vraiment en prendre le temps jusqu’à aujourd’hui. Et me voilà avec cette sensation étrange de machisme à l’envers de certaines lectrices semblant mieux connaître l’homme que l’homme que je suis les aimant et les baisant… ça prête à sourire me direz-vous, mais tout ce que je raconte est bien réel, et même si ça s’est passé il y a déjà quelques mois et plutôt dans une ambiance bon enfant, cela a continué à me travailler, perfectionniste que je suis. Je n’en avais pas fini avec ces clichés ridicules et voulais tirer ça au clair. Les commentaires qui ont suivi celui de cette dame aimant les « vrais hommes » ceux qui ne pleurent pas, allaient plutôt m’étonner. Jusqu’à presque me faire perdre mon latin.

Alors deux questions ont brûlé ma curiosité : comment se fait-il que des femmes dites intelligentes et cultivées « ce sont des lectrices assidues tout de même », puissent réagir de la sorte et pensent-elles vraiment ce qu’elles disent alors que dans la vie, cela sonne si différemment ?

Il me fallut bien en conclure que le fantasme y avait dans cette affaire toute sa place et que malheureusement ou heureusement pour ces élues, le monde des hommes tel qu’elles le voyaient ou l’envisageaient, était bien loin de la réalité. Et certainement encore bien plus loin de leur réalité. Ceci expliquerait cela…. Du moins de celle qu’en tant qu’homme je connaisse, malgré mon enfance pleine de violence et mes difficultés à pleurer jusqu’à il n’y a pas si longtemps encore.

Ainsi donc, je me remis en question et révisai mes classiques, sans même imaginer un seul instant que ça puisse être ce genre de personnes qui débloquent et vivent dans un déni tel, qu’elles ne veulent voir que ce qui les arrange. Et j’ai commencé à explorer un peu plus ce monde MM ; j’ai lu, ai observé les commentaires des unes et des autres mais aussi des uns (bien moins nombreux) et des autres, afin de me faire ma propre opinion et sortir de cette affaire, la tête haute. Je n’allais tout de même pas me laisser contaminer par une conne qui ne peut pas admettre dans son ADN (a-t-elle fait le vaccin) qu’un homme puisse pleurer.

Je commençai à relire les passages de mes hommes, jamais larmoyants pourtant, et en conclu qu’ils n’étaient jamais aussi beaux que lorsqu’ils s’appuyaient sur une épaule en s’essuyant une larme ô grand Dieu, lâchée sans même la plus petite honte…

Non, ce n’est pas toi qui déconnes mon Tom, mais la pouffiasse aux gros bras, me rassurai-je, en ravalant ma salive.

Je me suis foutu à poil devant le miroir histoire de me prouver que j’en avais dans le caleçon et là encore, aucune honte ressentie ou pressentie en imaginant un homme pleurer dans mes bras ou un petit filet de liquide lacrymal se frayant un passage jusqu’à me faire goûter son goût salé entre mes lèvres. Mais le sortilège que cette grande prêtresse m’avait lancé était puissant et ne me lâcha pas aussi facilement. J’allai vers mes compères, mes frères de cœur et de queue, afin de tirer ça au clair, en lançant un roman MM écrit au suif de bouc surpuissant roulant des mécaniques en leur demandant :

— Alors ? Qu’en pensez-vous les gars, ça vous parle ?

— C’est quoi ce délire ? me répondis le premier.

— On doit pas vivre sur la même planète ! affirma le second.

— Non mais t’as bien lu la plastique des mecs, mais ça arrive à qui de rencontrer un type comme ça dans la vraie vie ! me questionna le troisième tandis que le quatrième referma le livre et le posa devant moi en secouant la tête et en me suppliant de ne pas être l’auteur…

Leur réaction fut révélatrice de deux mondes bien distincts et de fantasmes bien différents en vérité.

Bref ! si ça me rassura de les entendre tous se rebeller face à ces brutes de biker, sodo et autres brutes en jeans troués, cela me donna un peu de baume au cœur, n’en déplaisent à ces spécialistes des relations masculines, il n’empêche et c’est plutôt rassurant, que nombre de gens mettent en doute cette fragilité masculine et c’est bien dommage. Quoi de plus touchant que quelqu’un montrant ses failles et n’en ayant pas honte. Voilà bien le seul courage dont un homme devrait se vanter et pas celui d’aller casser du PD.

Alors mesdames et vous messieurs, ça vous fait quoi de voir un homme pleurer ? Cela vous attendrit-il ou vous fait-il dresser les poils à moins que ce ne soit votre crinière ?

Photo de Kam Pratt provenant de Pexels

Cet article vous a plu ???? Abonnez-vous à ma newsletter pour être au courant des publications de ce blog.

Puisque vous êtes ici, découvrez cette histoire d’hommes confinés et dont l’un des protagonistes se veut quelque peu manipulateur. Par ici :

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

2 commentaires sur « L’homme et les larmes »

  1. Je suis entièrement d’accord avec toi Tom. Un homme a le droit de pleurer, de montrer sa tristesse, sa faiblesse, sa sensibilité. Dans le temps, on serinait aux garçons « Un homme ne pleure pas, soit fort, etc…. » Mais au nom de quoi ? Pour garder une certaine virilité ? Pour montrer que l’homme est le plus fort ? Pour moi, c’est un fait acquis que l’homme est fort mais aussi sensible et que j’ai besoin de le savoir pour me sentir bien dans ses bras, n’en déplaisent aux féministes. Alors, voir pleurer un homme, c’est naturel, cela me donne beaucoup d’émotions, d’empathie et j’ai envie de le consoler, de le prendre dans mes bras pour le bercer et pleurer avec lui. Il ne sera pas moins homme, moins faible s’il montre ses émotions bien au contraire ! Alors, Tom ne change rien dans ta façon d’écrire. J’aime les émotions, les pleurs de tes hommes dans tes livres, sinon il manquerait quelque chose. Certaines femmes sont à la ramasse avec leur parité, l’égalité avec les hommes etc…Et si la société dans laquelle on vit en ce moment ne change pas, je ne sais pas ce qui arrivera pour nos petits-enfants !

    Aimé par 1 personne

    1. Hello, un grand merci pour ton commentaire. Entièrement d’accord avec toi sur tout ce que tu mentionnes. Ça me paraît tellement logique…mais bon, comme tu dis, il y en a vraiment à la ramasse et j’ai l’impression de plus en plus par les temps qui courent. Ne t’inquiètes pas, je ne changerai rien, pour moi montrer ses émotions est tellement beau lorsqu’on y arrive et qu’on a été muselé comme peuvent l’être certains garçons dont j’ai fait partie. Un tout grand Merci pour ton commentaire et une toute belle soirée…

      J’aime

Répondre à tomhuxleyauteur Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :