Les délires du Docteur Kiki Lanouille

Question de Zizi Domi lorsque le harcèlement nous isole…

Cher docteur Kiki Lanouille, je vous écris parce que j’ai découvert votre chronique qui me semble très intéressante, même si c’est toujours pour rire. J’espère que je vais pas casser l’ambiance. Voilà, en fait je vous écris parce que j’en ai marre de me faire traiter de tapette au lycée. Si ça ne va pas jusqu’aux coups, je me fais souvent bousculé par des connards qui pensent que j’ai une tête de fiotte. Mais c’est quoi avoir une tête de fiotte ?

Je m’appelle zizi Domi.

Photo by jan valle from Pexels

Merci, ô à toi beau zizi Domi !

Image by André Santana AndreMS from Pixabay

Salut zizi Domi, et merci pour ton courage. En m’écrivant ce mail, tu soulèves un grand problème que beaucoup d’autres jeunes garçons rencontrent, sans forcément être une tapette ou une lopette, et pour reprendre un peu tes termes. Tu ne me dis pas si tu penses être homo, mais je pense, d’après le ton de ton mail, que tu l’es. On va faire comme si.

Dis-toi que l’école a toujours été le théâtre de petites guerres où en général, ce ne sont jamais les faibles qui gagnent. Être ou « paraître » tapette pour certains, est pour bien des garçons et encore aujourd’hui, un signe de faiblesse, sous-entendu que parce que tu es pédé, tu es un enculé, et excuse-moi d’utiliser un langage un peu cru. 

Bien sûr, je ne vais pas trouver de solution miracle ici pour toi, mais tout ce que je peux te dire, c’est que ceux de ton âge qui te harcèlent et te traitent de fiotte, sont souvent des garçons qui pour la plupart sont puceaux et rempli de testostérone, donc, prêts à bientôt passer à l’acte. L’homosexuel véhicule malheureusement pour nous, l’aspect sexuel d’un être soumis. Ils ne verront jamais les gays comme des mecs comme eux, costaud et actifs. Ça pour eux, c’est de la science-fiction. Et taper sur un gamin freluquet, sensible, efféminé ou replié sur lui-même est toujours plus facile que de cogner un mec qui en a dans la culotte comme on dit. Qui paraît sûr de lui ou est déjà bien formé et un corps s’apparentant bientôt à celui d’un homme.

Je ne sais pas pour toi la définition et l’image que tu te fais d’un gay, mais ce que tu dois savoir, c’est qu’autour de toi, il y a de nombreux garçons qui le sont et qui ne diront jamais rien. Qui ressemblent à tout le monde ou à toi, sont costaud ou chétifs, beaux ou moches, sportifs ou pantouflards…

Pourquoi toi alors ? Peut-être parce que tu les regardes d’une manière qui les perturbe. Mais je pencherais plutôt vers la peur que tu as d’eux et ils le sentent. Que tu véhicules l’image comme on dit, d’un p’tit pédé, même bien dans sa peau, ça pourra encore plus les perturber.

Que faire alors ? Tu dois te dire que je ne donne guère de pistes et tu as raison. Mais chaque situation est différente. Et le rapport que tu entretiens avec tes camarades, il n’y a que toi qui sais vraiment ce qu’il en est et peux le gérer. Tout ce que je peux te dire ici, c’est d’essayer d’être plus sûr de toi sans provoquer. C’est d’éviter le plus possible ces balourds et de répondre à leurs injures par de très courtes réponses. Des mots qu’ils ne comprennent pas de préférence et qui les rendent plus bêtes que méchants. Et puis le mieux qui puisse t’arriver et qui amenuise ton problème, zizi Domi, c’est de te trouver un très bon ami voire un p’tit copain avec qui partager ce que tu ressens, tes peurs et tes envies. Même s’il n’est pas gay, pouvoir se confier c’est très important. Si tu as la chance de rencontrer ton premier amour, alors tu verras que tu te sentiras plus fort, car le problème du harcèlement, c’est qu’on est seul. Même si on a des parents supers, des frères et sœurs géniaux, on reste seul face à ce problème qui peut nous sembler insolvable. Avoir un copain te permettra d’affronter bien mieux le monde et surtout, relativiser les conneries que ces balourds te diront. À deux, on est plus fort et ce n’est pas moi qui le dis. Mais si tu n’as pas cette chance de tomber sur un amoureux, trouve un pote, il y a toujours quelque part des complices qui ne demandent qu’à nous aider et nous donner leur amitié. Ne te referme pas sur toi-même, va vers les autres, celles et ceux qui te font du bien, n’hésite pas non plus à en parler à un prof en qui tu as vraiment confiance, ou un adulte avec lequel tu te sens pleinement en confiance pour partager cette souffrance. Je le répète zizi Domi, ne reste pas seul, fais-toi des amis, sort, et ne laisse personne te dire que tu n’es qu’un sale pédé et que tu ne mérites pas de vivre où autres conneries du genre… Tu m’as l’air d’un chouette garçon, trouve des gens avec qui partager ce problème voire, le résoudre. Et surtout, surtout, surtout, que tu sois musclé, maigre, beau, moins beau, petit, grand, masculin ou efféminé, garde à l’esprit que tu es une belle personne qui mérite d’être heureux. Ne donne pas raison à ces connards, cherche le bonheur par les amitiés et je l’espère, un petit ami tout bientôt… Dis-toi que ce sont ceux qui doivent dénigrer les autres qui sont des faibles et les moins courageux… Du reste, je suis certains que lorsqu’ils te bousculent ou te menacent ou t’insultent, ils sont en groupe. Toi tu es seul, et dis-toi bien que dans cette histoire, tu es le plus courageux et ça ce n’est pas rien…

Bonne chance à toi !

Cet article vous a plu ???? N’hésitez pas à faire comme Zizi puceau et à poser votre question. Je vous rappelle ici que nous sommes dans l’absurde et l’humour tout en traitant de sujets questionneurs, sérieux ou un peu moins sérieux, voire drôles, afin de parler de tout ce qui touche à nos zizis avec légèreté. Vous pouvez nourrir d’ores et déjà poser vos questions délirantes ou sérieuses, le docteur Kiki Lanouille tentera de vous donner une réponse folle ou sérieuse et la publiera. Abonnez-vous à ma newsletter pour être au courant des publications de ce blog.

Pour plus d’histoire de zizis, réjouissez-vous et découvrez mon dernier roman ainsi que mes nombreux ouvrages d’histoires d’hommes parues :

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :