Faut-il dire que l’on est gay au travail ?

Et ouais… faut-il vraiment dire que l’on est gay dans son job ? C’est une bonne et surtout grande question les Loulous à laquelle il vous faudra réfléchir plus d’une seconde et faire fonctionner plus d’un neurone avant d’y répondre…

Les militants, ceux qui sont pour la chasse à la dinde honteuse et aux célébrités scandaleuses diront qu’il faut absolument le dire et montrer combien vous êtes fier d’être ce que vous êtes… seulement voilà, il s’avère que ces grands penseurs, même s’ils n’ont pas tord sur le fond, ne travaillent peut-être pas tout à fait dans le même monde que celui dans lequel vous officiez et peut-être est-ce moins compliqué pour eux de vivre leur sexualité au grand jour… peut-être…

Ceci dit, la question n’est pas de vivre ou non sa sexualité au grand jour. Un masochiste ne va pas forcément afficher son penchant pour les clous et les talons aiguille qu’il se prend chaque samedi sur ses abdos bien musclés. Pourquoi devriez-vous absolument le dire et au nom de quelle vertu ? Qui peut prétendre savoir mieux que vous ce que vous devez faire ou non de votre vie privée, car c’est bien de cela qu’on parle… Bien sûr, il y a ceux qui étalent leur vie sur les réseaux, qui jacassent comme des pies et disent tout ou presque de leur existence durant les pauses, y compris la consistance de leur dernier caca, mais pas tout le monde fonctionne ainsi. Vous, fonctionnez peut-être tout autrement.

Le fait de ne pas dire que vous êtes gay ne vous rend absolument pas moins responsable et engagé qu’un gay qui s’affranchie et fait son comment déjà ? Ah oui, son coming out. Sa sortie de placard !

Certains veulent tout simplement préserver la seule chose qui leur appartient encore de par ce monde où les infos fusent de partout et les yeux renâclent le scandale à tout va. Un coin de ciel bleu que l’on n’a pas vraiment envie de partager avec ses collègues, tout simplement…

J’ai eu une conversation avec un ami qui a immédiatement dit qu’il était gay dans son nouveau job. Il fut apparemment soulagé car ça semblait un vrai besoin mais a-t-il seulement réfléchit une seule seconde des conséquences et du regard des autres à son égard. Non pas qu’il faille en faire une obsession ou même y prêter une grande attention, mais il pensait en se dévoilant ainsi et c’est tout à son honneur, que les gens justement, lui parleraient comme ils parlent à tout le monde (sous-entendu les hétéros), or, c’est tout le contraire qui se produisit. Les gens ne posèrent jamais de question sur sa vie intimes sauf peut-être deux ou trois personnes vraiment ouvertes, et se virent avoir un comportement différent envers lui. S’il dit qu’il s’en moque, j’ai pu voir que ce désintérêt mais surtout, ce changement soudain d’attitude envers lui l’avaient blessé. Et c’est bien dommage…

Notre sexualité, si elle nous rend différent de celle de ladite normalité, ne doit devenir en aucun cas notre identité propre à mon humble avis, mais ceci n’engage que moi. Me définir comme un sexe ambulant, comme une sexualité sur pattes, car c’est malheureusement cela que bien des gens verront en nous, m’a toujours gêné du fait que je veuille qu’on m’apprécie pour ma personne, mes forces, mes faiblesses, mes qualités et mes défauts, moi en entier… mais en tous les cas pas pour ma sexualité. Ceci est ma stricte intimité et ne regarde que moi. En quoi le fait de coucher avec un homme plutôt qu’une femme regarde mes collègues. Et qui plus est, le fait de leur dire ce détail me rendra-t-il plus heureux ?

Je n’en suis pas certain. Bien sûr, on est bien plus à l’aise si les gens qui nous entourent le savent. Que l’on peut parler ouvertement de notre week-end avec notre chéri. Mais là où je m’insurge c’est de voir certains Loulous faire leur coming out et croyez-moi cela existe, par défaut, comme un aveu et une faute à dévoiler au monde pour continuer à vivre parmi les siens sans rougir. En ayant fait leur travail de citoyen lgbt+ engagé. En rejoignant la grande famille… N’oubliez jamais les Loulous que ce n’est pas elle qui vous sortira forcément de la merde, lorsque vous y serai. Qu’il y a des associations et autres entités lgbt+ bien moins tolérantes avec leurs consœurs et confrères que nombre d’hétéros. Qu’il n’y a que sur vous-mêmes que vous allez devoir compter, même si c’est très bien que des associations existent et que des lieux aient été créés pour pouvoir se retrouver sans craindre les représailles. Mais de là à vous sentir redevable envers eux alors que vous vivez à des années-lumière des valeurs qu’ils prônent et je parle ici de valeurs et non pas de droits, il y a un grand pas.

Pour ma part, cela s’est fait tout naturellement, j’ai peut-être la chance de travailler avec des gens intelligents qui saisirent mes sous-entendus et apprécièrent mon humour éloquent, mais jamais je n’ai crié ou suis monté sur une table en disant que je couchais avec un homme. Certains collègues le savent, d’autres non, et pour le reste… les ragots et les commérages, très franchement, je n’en ai rien à battre.

À vous donc de voir et de décider ce qui le mieux pour vous, et je sais combien cette question est présente… quelle est la meilleure solution et le meilleur moment si vous vous décidez à confier ce pan d’existence… Dire qui l’on est vraiment n’est pas une mode, ne l’oubliez pas. Ce n’est pas parce que de nombreuses personnalités le font pour faire avancer les choses, que vous devez forcément prendre cette décision aveuglément pour rejoindre le mouvement.

Je crois surtout qu’il faut y aller au feeling, à l’instinct. Je suis certain que vous sentirez le moment de vous dévoiler aux autre mais vous pouvez très bien aussi vous dire que cette partie de vous qui fait effectivement partie de votre singularité en entier est votre trésor, un territoire à défendre bec et ongles déployés et quoi qu’il advienne. Une bouffée d’oxygène qui une fois la porte de votre employeur refermée, vous comblera de bonheur. Votre île. Votre sommet imprenable. Un caramel dans un monde de brutes. Des bulles de savon vous explosant au visage et où votre regard d’enfant n’aura de cesse de rappeler celui que vous êtes vraiment… et cela vous suffira peut-être…

Photo de Snapwire sur Pexels.com

Puisque vous êtes là, profitez-en pour découvrir mon dernier roman, une tranche de vie bouleversante de deux hommes à l’opposé mais lié par un amour incommensurable. Découvrez Wil et Ethan et laissez-vous transporter par cette aventure qui vous emmènera dans des paysages grandioses et de vraies montagnes russe pour ce qui de l’émotion.

N’oubliez pas de vous abonnez à ce blog pour être au courant des articles, concours, surprises et plein d’autres choses sur mes publications et autres…

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :