Un homme qui bande est un homme heureux

Dès les premiers émois que notre zizi sait nous léguer en devenant dur au matin, on ressent un plaisir que nous ne pouvons pas dissimuler sur notre figure d’enfant. C’est ainsi, chaque matin que fait que nous soyons dur comme de la pierre et nous invite à soulager ce coquin, est susceptible de nous donner la banane. Car jouir est inscrit dans nos gènes, il ne faut pas l’oublier. Nous sommes tous des jouisseurs. Quels sont les cons qui veulent nous priver d’un tel bonheur, nous montrer cette enclume comme le mal absolu, un harpon violent à ne regarder autrement qu’une arme malfaisante et violente ?

On oublie vite que même dur, notre joli zizi reste un organe chaud et doux, fait de chair et de sang.

Lorsque nous bandons pour la première fois, qu’on se réveille au matin avec ce cigare sous notre ventre se rebellant pour être libre en nous créant toutes sortes de sensations pour nous amadouer, on peut un peu paniquer, si l’on n’est pas au fait du fonctionnement de notre corps. Même aujourd’hui encore, il y a des jeunes garçons qui n’osent aborder le sujet et s’interrogent, lorsque ce membre durcit et grossit pour la première fois dans leur main.

Pour ce qui est du matin, pas de panique les Loulous, c’est un phénomène naturel et un signe de bonne santé. Du reste, lorsque vous avez un gros rhume ou une bonne grippe, votre dureté matinale se veut moins téméraire.  Il fait moins le malin, notre zizi, lorsque la fièvre nous assaille. Et ça peut être contrariant voire inquiétant. Mais pas de panique. S’il y en a bien un qui sait rebondir, c’est lui. Faites-lui confiance, et laissez ce vilain virus s’en aller, vous verrez qu’il reviendra de cette expérience plus fort que jamais.  

Alors qu’est-ce que c’est que cette barre de fer le matin pouvant être si dure, qu’elle peut sembler nous fendre le crâne ?

Qu’est-ce qui arrive à ce corps que nous ne semblons plus contrôler durant cette phase d’inconscience ?

Et bien c’est tout simple les Loulous, votre corps au repos fait en sorte que vous soyez complètement détendu. Et lorsque vous êtes vraiment bien détendu, votre zizi ne va jamais être aussi tendu. Sa dureté et sa grande forme va être à la hauteur de votre cool attitude et c’est tout bénef. !

N’est-ce pas merveilleux ? N’est-ce pas fantastique ? Vous n’avez rien à faire, mère nature à tout prévu. Vous n’avez qu’à ressentir et vous amuser avec ce jouet qu’elle vous a mis entre les mains et dont il vous faudra prendre grand soin tout au long de votre existence.

Alors profitez, mes bienheureux ! Laissez aller vos pulsions et votre imagination ! Baisez, baisez comme des fous et ne pensez à rien d’autre qu’à l’amour, si vous êtes bien accompagné ou vous faire l’amour si vous vous aimez assez !

Vous verrez, faire ça le matin, même pour les plus grincheux, est vraiment génial et très décontractant…

Si par bonheur vous vous trouvez avec un autre zizi dans votre grand dodo, l’avantage est que l’on fonctionne pareillement, et qu’on sait exactement ce que l’autre ressent en ce moment précis du matin.

La pression qui nous assaille. Les idées cochonnes qui déboulent dans notre crâne de piaf. Bref ! Vous l’aurez compris, si bander seul rend heureux, bander à deux, rend encore plus heureux.

Je bande donc je suis !

Oui, on peut le dire ! Et pas peu fier de l’être !

Plus de chroniques ? C’est par ici, un livre est entièrement consacré à nos beaux zizis et leur fonctionnements…

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :