Savez-vous vraiment d’où vient le mot « Coming Out » ?

Le coming out, contraction de l’expression coming out of the closet (littéralement : « sortir du placard ») désigne principalement l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre. Ce fait de « rester dans le placard » tend à diminuer au regard d’une acceptation grandissante de l’homosexualité comme une caractéristique privée. Le coming-out peut se faire dans un ou plusieurs milieux : la famille (proche/éloigné), les amis, le travail, les voisins, etc.

Être in désigne des personnes qui s’auto-définissent gay, lesbiennes, bisexuels ou trans (genre/sexuel), mais qui ne l’annoncent pas par peur du rejet ou de la discrimination que cela peut engendrer. Être out, à l’inverse, signifie ne pas dissimuler son orientation sexuelle ou son identité de genre. Être outé, c’est voir ces caractéristiques rendues publiques sans son consentement, voire contre sa volonté.

L’outing est un procédé, contesté, de déclaration publique de l’homosexualité d’une personne qui souhaite la garder secrète, souvent dans un but politique (par exemple, dénoncer une divergence entre style de vie privée et propos publics). Act Up a notamment menacé en 1999 d’« outer » un député, homosexuel et présent à la manifestationanti-Pacs du 31 janvier 1999 où ont été entendus des slogans homophobes, mais ne l’a pas fait.

Le coming-out a été imaginé, comme un moyen d’émancipation, en 1869 par l’Allemand Karl Heinrich Ulrichs, défenseur des droits des homosexuels. Réalisant que l’invisibilité était un obstacle majeur pour changer l’opinion publique, il recommanda aux homosexuels de faire leur coming-out.

Iwan Bloch, physicien juif allemand, dans l’ouvrage fondateur de la sexologie, La vie sexuelle de notre temps (Das sexualleben unserer Zeit in seinen Bezziehungen zur modernen Kultur) (1906) invite les homosexuels âgés à se déclarer à leur familles et amis hétérosexuels.

Magnus Hirschfeld revisita le sujet dans sa principale œuvre L’Homosexualité chez les hommes et les femmes (1914) dissertant sur l’impact social et légal qu’aurait le coming-out de centaines d’hommes et de femmes de rang auprès de la police, afin d’influencer le législateur et l’opinion publique.

Le premier Américain important à déclarer publiquement son homosexualité est le poète Robert Duncan. En 1944, il signe de son propre nom, un article du magazine anarchiste Politics, dans lequel il affirme que les homosexuels sont une minorité persécutée.

En 1951, Donald Webster Cory, dans son étude L’Homosexualité en Amérique – une approche subjective écrit : « La société m’oblige à porter un masque… Partout où je vais, en tout temps et dans toutes les couches de la société, je feins. » Cory est un pseudonyme, mais sa description franche et ouvertement subjective a stimulé l’émergence d’une conscience homosexuelle et le mouvement homophile naissant.

La très déterminée et clandestine Mattachine Society, fondée à Los Angeles en 1950, par (en) Harry Hay et d’autres vétérans de la campagne de Henry Wallace aux primaires résidentielles, a également manifesté publiquement avec de nombreux gays après que Hal Call a pris la tête du groupe à San Francisco en 1953.

Dans les années 1960, Franklin E. Kameny ((en) Franck Kameny) arrive en front de bataille. Licencié de son poste d’astronome de l’armée pour comportement homosexuel, il refuse de partir aussi gentiment. Il attaque ouvertement le renvoi, usant de tous les recours possibles jusqu’à la Cour Suprême des États-Unis. Porte-parole d’un mouvement grandissant, il défend les actions publiques mais non-apologiques. Sa conviction première est : « nous devons inspirer à la communauté homosexuelle un sens des valeurs de l’homosexualité inviduelle » et qui ne peut être atteint qu’au travers de campagnes ouvertement conduites par les homosexuels eux-mêmes. Sa devise est Gay is good.

En France, le premier coming-out « grand public » a lieu le 10 janvier 1972, dans un entretien publié par le Nouvel Observateur intitulé La Révolution des homosexuels. Son auteur y parle à la première personne et le commence par un très sobre mais retentissant « Je m’appelle Guy Hocquenghem. J’ai 25 ans… » Sa mère lui répond par une lettre ouverte dans le même magazine le 17 janvier 1972.

Sources : wikipédia

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Un avis sur « Savez-vous vraiment d’où vient le mot « Coming Out » ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :