Les silences

Il y a des silences qui sont bénéfiques. Des silences qui en disent long. Des silences parlants. Nécessaires. Des silences bénéfiques. Heureux. Des silences évoquant un malaise ou au contraire, un bien-être flagrant. Amplifiant le regard, amplifiant les odeurs, amplifiant l’attention des petits gestes et des petites choses de la vie.

Les silences nous font aller chercher des réponses dans nos abîmes, laissent résonner nos contrariétés et peuvent animer nos élans d’une force inouïe.

Et puis il y a les silences à deux. Ceux-ci peuvent être révélateurs. Du matin ou du soir. Ils peuvent être pétris de sensualité, munis d’une ode à la tendresse. D’un prélude au sexe et de nos intentions charnelles. Des silences lourds, désolants. Des silences annonçant une bataille ou un projet fou. Des silences qui permettent de scruter sans tricherie, sans la puissance des mots lancés des fois, pour n’atteindre qu’un but ou séduire.

Des silences attentionnés qui nous font ressentir, qui chamboulent toutes nos certitudes, annihilent nos nombreux doutes. Des silences qui font juste nous sentir bien à ses côtés. Qui n’ont besoin de rien d’autre que le battement de son cœur ; que du bourdonnement de son souffle.

Des silences qui nous font deviner l’être profond qu’est l’homme qui partage notre vie. Qui apaisent et nous donnent ce que tout un chacun cherche dans la vie : la confiance en soi.

Lorsqu’ils nous deviennent indispensables, qu’on les apprécie autant que des paroles, peut-être cela veut-il dire que nous sommes arrivés à une destination qui nous sied à ravir. Pas une fin en soi, juste un arrêt ou l’on se sent bien à deux. Avec cet être cher à nos yeux et avec qui l’on a envie d’explorer le monde et les mondes s’offrant à nous. Où les couleurs qui nous entourent sont les mêmes pour nous deux. Les rêves souvent à l’unisson.

Les silences sont peut-être les architectes d’une relation saine et solide. Les garants d’un avenir nous permettant de croire à tous les possibles. De constater que ce n’est pas ceux qui font le plus de bruit qui sont les plus heureux. Mais que la pudeur que peut léguer les silences saura nous préserver.

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :