Les branlettes sauvages

S’il y a bien une chose qui est facile pour nous les hommes, c’est de nous faire plaisir, nous faire du bien en nous branlant. Que ce soit à travers nos habits lors d’un meeting, dans un caleçon ou dans les draps lors d’un séminaire nous voyant partager la chambre avec un collègue craquant, à la mer et au soleil nous invitant à laisser parler la nature, à l’arrière d’un bus, dans les bulles d’un jacuzzi nous exhortant à nous soulager après un interminable et fort agréable massage de notre mont veiné ; dans les chiottes au boulot ou dans un resto, lors d’une balade, dans un parc à l’abri des regards, au bord d’une rivière sauvage inspirante, d’un lac de montagne où l’on est allé se baigner seul, etc, etc, etc…

Les branlettes sauvages peuvent être surprenantes pour certains d’entre nous, voire un souvenir mémorable. Il ne faut pas en avoir honte, tout comme il ne faut pas avoir honte d’avoir tenté de se sucer et de ne pas y être arrivé ou au contraire, d’avoir adoré ça si l’on est assez souple. Les branlettes sauvages, comme je les appelle, sont soudaines et libératrices, bien plus encore, que lors de branlettes exécutées à la maison sur son canapé à mâter un film porno.

Et celles commises en pleine nature sont sans nul doute les plus marquantes, car il peut nous sembler être pleinement en osmose avec cette même nature ; être à notre place. De renvoyer à la terre ce qu’elle nous a donné.

Bon, j’exagère peut-être un peu et je ne veux pas me prendre pour Paco Rabanne ayant avoué avoir baisé la terre bretonne à une époque, dans une autre vie en déclenchant un tremblement de terre.

Mais à mon échelle, je vous avoue ici, que votre Tom aimait beaucoup jouir en forêt, entre douze et vingt ans. Dix ans plus tard, ça ne m’a toujours pas passé. Toujours la même envie. Le même désir de me soulager au grand air, le gouvernail au vent.

Photo de Nick sur Pexels.com

Lorsque j’avais des pauses, dans mon travail et qu’un désir soudain montait en moi, j’allais dans un bois et me branlais sans attendre en regardant couler mon sperme craché sur des feuilles d’arbustes avec un malin plaisir. J’imaginais, en plus d’être extrêmement comblé, que ma semence allait être le fruit de nouveaux êtres croisés entre un végétal et moi-même (on ne s’improvise pas auteur), c’est dire si ces branlettes sauvages m’ont inspiré. Il y en a eu et il y en a encore tant à explorer.

Se branler sur un rocher après un trip en vélo sur une île fut un moment intense et incroyable, surtout étant placé à deux pas d’une caserne militaire bondée de jeunes et vaillants soldats. Regarder ce petit jet de vie expulsé de mon sexe dans le vide avec comme pour décor, cette mer bleue, l’odeur du thym et du romarin sauvage en prime, fut un moment gravé dans ma mémoire en ce qui me concerne. Que n’ai-je pas tenté comme expérience en plein air, pour satisfaire mes envies soudaines et mes désirs ? Et cela, partout où je me rendis dans le monde. De l’Amérique du Sud au Canada, en passant par l’Asie et l’Océanie, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ainsi que tant de pays Européens. Les mauvaises langues diraient qu’on pourrait me suivre à la trace, mais je ne serai pas si prétentieux et qui plus est, cela reste un moment particulier et rare. Ce qui le rend ça de plus intense et merveilleux.

Ce n’est jamais prémédité. C’est soudain, une pulsion à assouvir et une pleine satisfaction comme on peut l’imaginer.

Je t’invite d’ailleurs à tenter l’expérience où que tu sois, en faisant toujours bien attention aux regards curieux bien sûr, car il pourrait y avoir de jeunes âmes sensibles voire, des âmes aigries et envieuses prêtes à te dénoncer.

N’hésite pas à partager tes expériences d’ailleurs, que ce soit sur mon blog ou sur ma page FB.

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :