Parole au Héros : Dylan du roman « Yukon lorsque l’instinct embrasse le destin »

Dylan, héros du roman : Yukon lorsque l’instinct embrasse le destin

Bonjour, Dylan, quel est ton état d’esprit actuel ?

Je suis impatient que mon histoire soit dévoilée. Pas parce que je suis un exhibitionniste, mais parce que je suis fier de ce parcours de vie.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Dylan, j’ai grandi dans le Yukon au Canada, mais j’ai déménagé au Québec, à Montréal lorsque j’étais en âge d’aller au collège. Ça a été dur, mais j’ai eu la chance de rencontrer mon meilleur ami, Max et la mère de mes enfants.

Quelle est ton histoire ?

On a tous une histoire. Pour certains c’est plus tragique que d’autres et pour les plus chanceux ce n’est que du bonheur, mais j’en connais peu. Ce qui est raconté dans ce livre, c’est une magnifique rencontre avec un garçon impétueux merveilleux alors que je ne pensais plus pouvoir aimer. Aimer vraiment je veux dire…

Pour quelle raison ?

C’est ce que vous allez découvrir au fil des pages. Un événement tragique dont aucun être humain et gay en l’occurrence ne devrait être confronté.

Tu sembles posé pourtant lorsque tu évoques ce drame ?

C’est toujours au fond de moi. Comment je pourrais oublier ?

Tu me donnes l’impression en te voyant que tu dois être un bon papa. Combien as-tu d’enfants ?

J’ai deux petits gars. Ils sont adorables. Je les aime tellement, mais je ne les vois pas assez malheureusement. Ils vivent avec leur mère, en Alberta. Mais lorsque je suis avec eux, c’est extraordinaire. Je me sens si vivant. C’est grâce à eux que je n’ai pas complètement sombré après ce drame qui nous a tous frappés, moi et mes amis. Surtout le plus grand. Lui, il observe tous mes faits et gestes avec la plus grande attention et au plus petit signe de découragement, il sait me donner tout l’amour nécessaire pour continuer à avancer.

Ils vont faire la connaissance de ton…enfin, de celui qui pourrait devenir ton mec dans cette histoire ? Comment cela se passe-t-il ?

Je ne peux pas trop en dire, mais le premier contact se passe bien. Il faut dire que Jérémie est resté gamin. C’en est encore un de toute façon vu son âge, même s’il est bien plus mature que moi.

Quel âge a-t-il ?

Vingt-deux ans. Moi, j’ai onze ans de plus que lui.

Je n’en saurai pas plus sur lui ?

C’est le frère cadet de Max, mon meilleur ami et associé. On est des designers qui commencent à se faire un nom en Amérique du Nord. Il est hockeyeur pro et joue en NHL.

Je n’en saurai pas plus sur lui ?

Je crois que c’est déjà pas mal. Le reste, je le garde pour moi et les lecteurs.

Par ton histoire, tu nous permets de découvrir tout un pays et notamment une région incroyablement sauvage ?

Le Yukon n’est pas seulement sauvage. C’est l’un des rares pays au monde à avoir des endroits vierges de toutes traces humaines. J’ai été élevé dans cet environnement et j’ai eu la chance d’apprendre à me débrouiller dans un tel milieu naturel.

Tu enseignes ce savoir à tes garçons ?

Oui, chaque été, je les prends deux ou trois semaines avec moi. J’y ai un chalet que j’ai construit avec l’aide de Max. J’y passe en tout deux mois. J’en ai besoin pour me ressourcer et on s’est arrangé avec Max pour que je puisse partir à cette période sans trop impacter nos affaires. Max est comme un frère pour moi. Pour mes garçons, c’est l’occasion pour eux de se confronter à une nature brute et incroyablement belle.

Ça ne doit pas être facile pour un hockeyeur, car tu le prends bien avec toi dans ce roman ?

C’est cette période qui y est relatée ?

Celle-là, oui, et aussi après.

Tu ne vas pas en dire plus ?

Je laisse la surprise. Ce que je peux dire, c’est que toute cette nature à profusion va être bénéfique pour apprendre à nous connaître. On a, semble-t-il, les mêmes valeurs, Jérémie et moi et le respect de la nature en fait partie.

Tu ne m’as pas parlé de votre intimité ?

Tu ne me l’as pas demandé ?

Je sens beaucoup de pudeur lorsque j’aborde le sujet ?

Oui, lorsque des sentiments naissent, je suis très pudique sur ce qui m’arrive. Bien plus encore à cette période de ma vie et avec le passé que je traine.

Qu’est-ce que tu dirais pour donner envie de lire ton histoire ?

Que ce livre et ce pan de mon existence sont emplis d’espoir malgré la teneur dramatique et les thématiques qu’il aborde. Qu’il fait du bien et je l’espère, permettra aux lecteurs d’inspirer une grande bouffée d’air pur.

Avant même qu’il ne sorte, puisque ce sera en février, penses-tu que ‘auteur qui te dévoile envisage une suite, une continuité ?

Je ne le pense pas, j’en suis certain. Je crois que Tom a tellement eu de plaisir à nous voir évoluer qu’il ne peut pas faire autrement. Je l’ai surpris à pleurer en certains passages et sourire bien des fois. Comment pourrait-il nous abandonner ici ?

En version plus sympa PDF :

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :