Extrait inédit de Never Forget You

Lorsque Dany voit entrer Sam dans la maison familiale au bras de Nadine, lors du réveillon de Noël, il reste sans voix et ne peut dissimuler l’émotion qui le submerge. Il en a le souffle coupé, tant il est ému.

Après avoir disparu abruptement de leur vie lorsqu’il avait dix-huit ans pour ne plus jamais revenir à Noirmoutier ni même en France, sa présence est un choc pour tous les membres de cette famille soudée l’ayant vu grandir et accueilli comme un fils. Nadine, la petite dernière, Dany et Romain l’aîné formaient à eux quatre un clan soudé à l’amitié indestructible.
Secrètement amoureuse de Sam, à l’adolescence, Nadine tenta tous les subterfuges pour y mettre la main dessus, mais elle dut bien accepter le fait que Sam, ne voyait que Dany lorsqu’ils étaient ensemble. Elle n’a jamais vraiment su l’ampleur de cette complicité ni s’il y avait eu des sentiments entre eux, mais elle va tout faire lors de ces Fêtes, pour le savoir et peut-être même, s’avérer être l’intermédiaire d’une belle histoire d’amour.

Bien que Sam ne soit pas venu pour ça, mais pour régler ses comptes avec son père violent et sa mère, l’ayant abandonné à ses quatorze ans pour refaire sa vie ailleurs, il ne peut ignorer le trouble qu’il accuse lorsque son regard plonge dans celui de son ami d’enfance.

Ce qu’il va avouer à Dany sur son départ, vingt-trois ans auparavant, ne va pas seulement remettre la mémoire de Dany à niveau, cela va bouleverser leur vie respective.

EXTRAIT :

Il était torse nu, juste un pantalon de training sur les fesses, laissant apparaître sa verge sans la moindre pudeur.

— Je… je viens discuter, Sam.

— Mais putain, discuter de quoi ? haussa-t-il le ton en faisant deux petits tours sur lui-même.

— Je ne sais pas moi, peut-être de ton comportement.

— Quel comportement ?

— Celui-ci !

— Et qu’est-ce qu’il a mon comportement ?

— Il ne semble pas très adéquat, au vu de la situation.

— Pas adéquat ? Pas adéquat ? s’emporta-t-il, en venant frôler son nez à celui de Dany. Et toi, c’est adéquat peut-être de ne pas m’avoir dit que t’étais…

— Quoi ? Vas-y ! Dis-le ! Pédé ? C’est ça que tu as envie de crier ? Eh bien, fais-toi plaisir !

— Mais… fais chier, Dany ! lança-t-il, pour seule réponse. Il devint rouge de colère, poussa violemment mon frère contre la porte d’entrée et l’empoigna par son pull en s’accrochant à son cou et en pleurant. Putain, Dany, moi je t’aimais ! marmonna-t-il, en ne le lâchant pas.

— Quoi ? Qu’est-ce que tu viens de dire ?

— T’as très bien compris! se reprit-il, en

essuyant ses larmes pour lui faire face. Je t’aimais, Dany.

Il se laissa tomber à ses pieds en pleurs. Mon frère ne savait plus quoi faire.

— Mais enfin, Sam! Hey ! Sam! tenta de le consoler Dany, en s’accroupissant pour relever son visage, tout en lui caressant sa tignasse. Tu ne dois pas te mettre dans un tel état, mon frère. Ça me bouleverse de te voir ainsi. Enfin… Merde ! jura-t-il, en retenant ses larmes. Ce n’est pas juste. Tu ne peux pas me faire ça. Pas maintenant ! Pas après toutes ces années de silence, bon sang. Enfin, Sam, tu pensais qu’on était vraiment amoureux ? On était des gosses !

— Des gosses de dix-sept ans, je te signale.

— Mais… je ne sais pas quoi te dire, moi. On expérimentait, Sam. On était bourré de testostérone. On essayait nos zobs. Pour voir s’ils fonctionnaient pareillement, rien de plus.

— Rien de plus ? s’énerva-t-il, en se relevant. Dany se remit debout face à lui, l’ausculta un instant et voulut essuyer les larmes sur ses joues de son pouce ; mais Sam le balaya violemment. Ils étaient deux petits garçons, de la rage plein les veines et prêts à se battre jusqu’au sang s’il le fallait.

— Tu n’enlèves pas mon pouce quand je t’essuie la joue ! le menaça Dany, en remettant son pouce sur sa joue, aussitôt balayé par un Sam enragé.

— Me touche pas !

— Bon, écoute. Je reviendrai quand tu seras plus calme. Tu as un peu trop bu, je crois. Tu me fais peur, Sam ! T’as tellement l’air en colère.

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que Sam l’embrassa vigoureusement, tandis que Dany se rebella et tenta de le repousser. Mais Sam avait une force inouïe. Il le tenait par la nuque et forçait sa bouche de sa langue, tout en décrochant le zip de son pantalon avec une dextérité incroyable. Mon frère le referma aussitôt en tentant de s’extraire de cette pieuvre, en vain. Il constata le training de Sam gonfler, sentit son pénis se frotter contre lui, tandis qu’il n’arrivait pas à se défaire de ce diable.

https://www.amazon.fr/gp/product/B08HXVCMQ3/ref=dbs_a_def_rwt_hsch_vapi_taft_p1_i7

Déjà en précommande… Un beau cadeau à se faire avec cette longue nouvelle ou mini roman. Éditions e-book et papier à un format sympa seront disponible…

Publié par tomhuxleyauteur

Enfant, j'imaginais déjà des histoires pleines de personnages hauts en couleurs, que je racontais à tous ceux qui croisaient ma route. Depuis lors, j'ai fait évoluer mes récits, les rendant plus complexes, et les partageant ainsi avec un public plus large. En tant que narrateur, je tire profit de mon imagination et mon sens créatif pour raconter des histoires captivantes et divertissantes. C'est tout naturellement que je me suis porté vers l'érotisme et la sensualité. Sans tomber dans la vulgarité je préfère la poésie plutôt que d'être trop explicite. Même si de nombreuses scènes torrides vous feront à n'en pas douter, avoir des sueurs. Je décris les désirs sexuels comme des personnages à part entière et je les laisse évoluer au gré des situations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :